Cosenostreacasanostra


Bernard Maris: "L'economia è resa appositamente incomprensibile, è il canto gregoriano della sottomissione degli uomini"
Denis Robert: "La raison pour laquelle je n'ai jamais fait un bon journaliste, c'est que je passe trop de temps à rêver à une vie meilleure". (La ragione per cui non sono mai stato un bravo giornalista è che passo troppo tempo a sognare una vita migliore)

lunedì 19 gennaio 2015

Bernard Maris: La Banque de France

Extrait de L'Antimanuel de l'économie, de Bernard Maris 


La Banque de France


La Banque de France était à l'origine une banque privée, dotée d'une assemblée ou d'un conseil des deux cents gros actionnaires. Ces deux cents actionnaires les plus puissants de la place de Paris ont donné naissance au mythe des « deux cents familles », les deux cents familles bourgeoises contrôlant l'argenten France et cimentant le « mur de l'argent », ce mur contre lequel se heurtaient les gouvernements progressistes. Les régents de la Banque de France étaient recrutés dans les deux cents familles, les Mallet, Vernes, Rothschild, Hottinger, Wendel.
La loi de germinal an XI définissait la parité du franc par rapport à deux métaux, l'or et l'argent, la Banque de France devant, statutairement, garantir la solidité dufranc, en contrôlant le volume de la création monétaire. En gros, la Banque suivait le principe du « tiers »: le crédit consenti à l'économie était égal à trois fois les réserves d'or et d'argent contenues dans lescaisses. C'était une gestion prudente et le franc germinal se révéla la plus solide de toutes les monnaies, résistant le dernier à la crise de 1929 et restant convertible en or jusqu'en 1936, alors que la livre, le dollar, le mark étaient depuis longtemps inconvertibles.(10) 
Mais les banquiers et les industriels du conseilde la Banque de France, contrôlant le crédit, contrôlaient d'une certaine manière la politique de la France.Ainsi, l'État s'était ruiné après la guerre de 14. Les dépenses de reconstruction étaient importantes. Le chômage menaçait. La politique coloniale était coûteuse. Les dépenses à caractère social pointaient leur nez, l'éducation coûtait cher. En 1924, arrive au pouvoir le Cartel des gauches, qui demande des avancesà la Banque de France pour boucler son budget. Une avance de la Banque de France à l'État, autrementdit au Trésor, se traduit dans le langage populaire par: « faire marcher la planche à billets ». Moreau, lerégent de la Banque de France, refuse. Herriot, le président radical du Conseil, démissionne! La Banquede France a fait chuter le gouvernement! La gauche s'est fracassée contre le mur de l'Argent!  Pierre Laval, chef du gouvernement en 1934, et surtout Léon Blum, président du Conseil dans le gouvernement du Front populaire en 1936, soumettent la Banque de France à la tutelle publique. Vincent Auriol, ministre des Finances du Front, déclare: 


« Les banques je les ferme, les banquiers je les enferme!» 

Il décrète le franc inconvertible. Les régents de la Banque de France, transformés en gouverneurs, et des sous-gouverneurs sont nommés par l'État. En 1945, le général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire, nationalise la Banque de France: c'est fini. En même temps, les trois grandes banques de dépôt, le Crédit Lyonnais, le Comptoir national d'escompte de Paris (CNEP), la Banque nationale pour lecommerce et l'industrie (BNCI)(11), sont nationalisées. Le crédit est sous tutelle publique. L'État a recouvré son autorité sur la monnaie, mais cela ne durera pas. 


Rétour de la création monétaire au privé

1945-1993: presque un demi-siècle de tutelle publique. En fait, l'État cesse de contrôler le crédit en 1983, lorsque le gouvernement socialiste décide d'arrimer le franc au mark, monnaie forte, de stabiliser la France dans l'Europe et de laisser le contrôle du crédit et de l'émission monétaire (de nouveau!) à la Banque de France. L'État a donc contrôlé le crédit de 1934 à 1983, pendant cinquante ans.

En 1993, l'État prend acte de l'indépendance de la Banque de France, par la loi de décembre. Désormais, le gouverneur est nommé mais ne peut plus être «démissionné» par l'État. Il est interdit à la Banque de


financer le déficit du budget de l'État, autrement dit, de faire marcher la « planche à billets ». Si l'État a besoin de sous, qu'il les emprunte et qu'il les rembourse! Les nouveaux statuts de la Banque interdisent aux membres de son conseil (art. 1) « de solliciter ou d'accepter d'instruction du gouvernement ou de toute personne ». Et voilà. Le pouvoir politique est soumis. La dictature des rentiers a triomphé. Les statuts de la Banque de France, calqués (et « aggravés » en quelque sorte) sur ceux de la Bundesbank, gardienne du temple de la monnaie forte, seront copiés par la Banque centrale européenne. L'ordre des créanciers règne en Europe. Aux États-Unis, c'est l'inverse. La Banque fédérale de réserve est responsable devant le Congrès. La planche à billets fonctionne toujours. Le statut d'hyper-puissance permet aux États-Unis d'accaparer, chaque année, les deux tiers de l'épargne nouvelle dans le monde, essentiellement en provenance d'Europe ou du Japon. Les États-Unis, souverains du monde, fonctionnent selon le principe régalien de la création monétaire. 

Voilà une question essentielle d'économiste: qui fabrique l'argent qui nous fait vivre? Au profit de qui? Pour quelles activités? De 1945 à 1976, en France, l'État fabrique l'argent au profit de la reconstruction, puis de la croissance. Et puis, après cette très brève parenthèse du capitalisme, le privé reprend ses droits.



(10) Déjà politique du franc ultra fort, déflationniste, qui fit dire à Keynes que les « Français étaient des paysans assis sur leur tas d'or ».
(11) La BNCI et le CNEP fusionneront pour donner la BNP en 1966. En 2001, la BNP fusionnera avec laBanque Paribas.


Posta un commento

Disclaimer

AVVISO - Ai sensi dell'art. 1, comma 1 del decreto-legge 22 marzo 2004, n. 72, come modificato dalla legge di conversione 21 maggio 2004 n. 128, le opere presenti su questo sito hanno assolto gli obblighi derivanti dalla normativa sul diritto d'autore e sui diritti connessi.

I testi pubblicati dal sito mercatoliberotestimonianze.blogspot.com possono essere liberamente distribuiti alle seguenti condizioni:
1) i testi e i titoli devono rimanere nel loro formato originale;
2) la distribuzione non deve essere finalizzata al lucro;
3) deve essere citata la fonte e l'autore e l'indirizzo web da cui sono stati tratti.